Pourquoi le Pape tweete (Cur Papam twittas) ?

C’est donc symboliquement le 12/12/12, une des dates théoriques de la fin du Monde, qu’à 85 ans, le chef de l’Église catholique romaine : @Pontifex_fr a bénit en 8 langues tous les twittos à partir de son Ipad. Les médias se sont empressé de relayer l’information en vantant la modernité de la papauté.

Je me demande tout de même quel est l’intérêt du Vatican derrière ce qui à premiere vue peut sembler n’être qu’un coup de pub … pour le Pape et pour Twitter. Il est entendu que si le Pape se mêle au digitari(*), c’est qu’il bénéficie des conseils d’un service de communication.

Bien que l’innovation en matière de CRM (catholic relationship management) soit indéniable, mathématiquement, le Saint-Père ne pourra pas se rapprocher de tous ses fidèles par ce réseau social.

Le compte Pontifex, étymologiquement « celui qui fait le pont entre Dieu et les hommes », représente le Pape en tant que guide spirituel des catholiques (37 % des plus de deux milliards de chrétiens dans le monde en comptant les protestants et les orthodoxes) et non en tant que chef temporel de l’Etat du Vatican.

Le 16 décembre, le cumul des abonnés des 8 comptes internationaux était de 1 937 235, correspondant « seulement » à 0,26 % des catholiques dans le monde. Par ailleurs, le compte ne semble guère actif depuis le 12 décembre, à moins qu’une bonne période de tweet n’ait été évaluée.

Pour autant, l’usage des NTIC pour l’Eglise ou plutôt ses représentants n’est pas une nouveauté.

Leur présence sur les réseaux sociaux est effective et on ne compte plus les nombreux sites et blogs de prêtres, de diocèses, d’organisations catholiques (modérées et radicales). Des formations en la matière sont par ailleurs dispensées aux hommes d’église.

Le Vatican dispose d’ailleurs d’un Bureau des Systèmes d’Information qui « gère le matériel informatique du Gouvernorat, recueille et élabore les données et les informations concernant l’activité de l’Etat. » comme n’importe quel entreprise.

Donc la question que je me pose en tant qu’agnostique concerne la stratégie de communication du Saint-Siège lorsqu’on apprend que le spin doctor qui est à la manœuvre est « Greg Burke, un peu plus de 50 ans, correspondant à Rome de la chaîne conservatrice Foxnews […] et membre de l’Opus Dei » ?

L’évangélisation numérique, la gestion de crise médiatique par ce canal « officiel », un évènement pontifical à venir, un autre projet s’inscrivant sur le long terme pour pallier à la crise des vocations ? Quelle est votre opinion à ce sujet ?


(*) il ne s’agit pas d’une organisation secrète chère à Dan Brown mais cela désigne « l’élite numérique ».

Sources : 

Communication : quand deux mondes se rencontrent (traduction de l’article du Washington Post)

Le Pape ne travaille pas pour faire plaisir aux journaux (traduction de l’article d’Angela Ambrogetti)

Internet et les réseaux sociaux en Eglise – Paris 2011

Site de l’Etat de la cité du Vatican

Plus de deux milliards de chrétiens dans le monde (La Croix)

Wikitionnaire : Pontifex