Peinture ou Estampe numérique ?

Si vous lisez ce blog depuis quelques temps, vous n’êtes pas sans connaitre mes interrogations au travers de différents billets, sur la définition même de la peinture numérique. Je m’étais riqué à une définition technique pour finalement admettre un rapprochement certain avec la gravure. Rapprochement qui m’a été confirmé par des artistes et graveurs, tant sur le web que dans la vraie vie.

Cela a été confirmé par la Fédération nationale de l’estampe :

Dans les procédés infographiques ou informatiques, la matrice est essentiellement numérique et l’impression combine diverses techniques traditionnelles ou informatiques.
Souvent, les artistes contemporains mélangent entre eux tous ces procédés, on parle alors de techniques mixtes.

Si on admet que la création artistique numérique reléve de l’art imprimé (art appliqué), ce que je crois, la question demeure concernant la matrice : est ce le fichier numérique ou exclusivement le cliché issu d’une photogravure ?

L’association Graver Maintenant, de s’interroger dans son manifeste :

conservons le terme d’estampe (image imprimée) pour l’image réellement imprimée,
et laissons faire le marché. Toutefois, comme il est vraisemblable,
l’infographiste pourra (ou peut déjà ?) créer à partir d’un infographe
un élément d’impression gravé, sous forme de cliché typo ou de taille douce
: cet infographe deviendra une infogravure et son créateur,
l’infographiste, pourra être appelé infograveur.

Quoiqu’il en soit je considère que le procédé de création numérique se rapproche évidemment de la technique de la gravure ne serais ce que par la notion de matrice et d’impression multiple. De plus l’appellation « peinture numérique » a par trop tendance à figer la notion de création en rapport une technique « traditionnelle ». Par ailleurs, l’artiste Cali Rezo qui est « officiellement » graphiste produit des peintures numériques, tandis que l’artiste Patrick Chaudesaigues qui produit des peintures numériques propose des estampes numériques sur son site. Bref l’acception qui désigne le plus précisément une œuvre numérique réside dans ses procédés de création et de production.

A ce propos, le centre d’artistes Voix visuelle organise pour la troisième année consécutive, l’exposition internationale d’estampe numérique miniature, à Ottawa (Canada) du 8 novembre au 16 décembre 2008.