Les acteurs des arts numériques s’organisent

Je viens de découvrir l’info sur fluctuat.net :

« Diffuseurs, programmateurs de festivals et artistes en France se sont organisées en une fédération nationale, après l’annonce de la suspension des crédits alloués par le ministère de la Culture (DRAC) à l’art numérique. Ils proposent une série d’actions de concertation, comme une pétition. Aujourd’hui même avait lieu à Montreuil une journée de rassemblement et l’élection du Conseil d’administration.»

« [La diminution drastique des financements engendrent, selon la Fédération des acteurs
de la culture multimédia
des] conséquences immédiates et concrètes [qui] sont :

• précarisation extrême de l’économie des structures ;
• suppression de postes ;
• remise en cause de l’accueil d’artistes et de la diffusion des œuvres ;
• remise en cause des actions culturelles et éducatives en direction du grand public, de l’accueil des scolaires ;
• fermeture de lieux de médiation et de création sur les territoires et à destination des populations ;
• mise en péril d’une réalité de l’aménagement culturel du territoire et de la circulation des compétences dans les réseaux. »

Cette info fait écho étrangement à mon précèdent billet.

A noter sur Fluctuat.net, deux autres articles :

L’art numérique français mort-né

L’art numérique français mort-né (suite)

L’article de Libération [Ecrans] :

Culture multimédia : subventions en berne

et le communiqué-pétition :

Fédération nationale des acteurs de la culture multimédia

A ce propos, je vous invite également à lire le commentaire du cybersculpteur Christian Lavigne sur le site

Par ailleurs, même si, selon Wikipédia, la peinture numérique fait partie de l’art numérique, ce qui pour moi reste discutable, je n’en ai pas trouvé trace sur le site de la fédération.

N’hésitez pas à réagir par vos commentaires, à ces informations.

Une réflexion sur “Les acteurs des arts numériques s’organisent

  1. Pingback: Interview sur le Net Art « Blog de l’association Cougart

Les commentaires sont fermés.