Interview du peintre numérique Iss’n’kor

issenkorFrançois COLIN : Comment définiriez vous la peinture numérique?
Iss’n’kor : dessiner ou peindre avec un logiciel de dessin ou de retouche d’image installé sur un ordinateur, au moyen d’une souris ou d’une tablette graphique.

FC : Qu’est ce que vous apporte cette technique par rapport à un autre médium?
Iss’n’kor : la peinture numérique apporte un certain confort et une sécurité que ne permet pas vraiment la peinture traditionnelle. Pas de matériel encombrant (pratique quand on vit dans 19 m2), pas de pinceaux à nettoyer, et surtout la possiblité de revenir en arrière (vive le ctrl z !) et d’enregistrer plusieurs versions d’un même travail.

FC : Comment et à quel moment, avez vous abordé la peinture numérique?
Iss’n’kor : Quand j’ai commencé à me familiariser avec Photoshop, à la fin de mes études. J’ai voulu essayer de mettre en couleurs mes dessins, et puis j’ai commencé à parcourir les fantastiques pages du forum Café Salé : ça donne forcément envie.

FC : Quelles sont vos sources d’inspiration et comment définiriez vous votre travail?
Iss’n’kor : En ce qui concerne la peinture numérique, je travaille presque uniquement d’après photo. Disons que je m’entraîne pour être par la suite capable de créer entièrement un paysage, sans modèle. Il n’y a qu’avec Artpad que j’ose parfois faire des trucs qui sortent de mon imagination. Le côté rudimentaire du logiciel m’y pousse sans doute.

FC : Exposez vous fréquemment et quelles sont les réactions générales du public?
Iss’n’kor : J’expose surtout dans mon blog en fait. Et aussi sur les murs de mon bureau, au travail. Les réactions sont plutôt positives.

FC : Réalisez vous des travaux de commande et si oui de quelle nature?
Iss’n’kor : Il m’arrive de faire des peintures pour des amis, d’après des photos qu’ils me fournissent.

FC :
Avez vous une exposition en cours ou à venir?
Iss’n’kor : Rien de prévu, non.

FC :
Quelles sont les artistes proches de votre univers artistique ?
Iss’n’kor : Mes modèles ne sont pas forcément des gens qui font de la peinture numérique. Mais pour rester dans le sujet, je citerais Sparth et Cali (de Calirezo).

FC :
Quels conseils souhaiteriez vous apporter à une personne qui démarre dans la peinture numérique ?
Iss’n’kor : Je n’ai pas vraiment de conseils à donner… Ils sont les mêmes que ceux qu’on m’a donné pour le dessin en général : il faut dessiner, dessiner et… dessiner.

FC :
Pensez vous que la peinture numérique est suffisamment connue en tant que discipline artistique et si non, pourquoi selon vous?
Iss’n’kor : Je ne me pose pas trop ce genre de questions. Je pense que c’est une discipline encore jeune.

FC :
Pour quel autre usage utilisez vous régulièrement votre ordinateur?
Iss’n’kor : Pour bloguer, surfer, tchatter, regarder la tv.

François Colin : Présentez vous vos œuvres sur un site ou un blog, si oui quelle est son adresse ?
Iss’n’kor : http://blogenkor.canalblog.com

FC : Votre site/blog vous a t’il permit des contacts professionnels, si oui de quel nature ?
Iss’n’kor : Non, mais il faut dire que je ne les cherche pas vraiment. Les contacts pro, ça se provoque.

FC : Partagez vous votre méthode de travail sur votre site et/ou en exposition ?
Iss’n’kor : Il m’arrive de faire des captures d’écran d’une peinture numérique au fur et à mesure de son élaboration parce que je trouve ça rigolo, mais je n’ai jamais fait de tuto. Eventuellement si on me demande.

FC : Transmettez vous votre savoir au travers de votre site ou en atelier ?
Iss’n’kor : Je n’ai pas vraiment la fibre pédagogique.

FC : Quel est le format moyen de vos créations ou imprimez vous à la demande ?
Iss’n’kor : Je n’ai qu’une imprimante A4, donc je ne fais jamais de peinture excédant de format.

FC : Etes vous en contact avec d’autres artistes numériques, échangez vous régulièrement et par quel biais ?
Iss’n’kor : J’ai des potes qui mettent leur dessins et autres planches de BD en couleur, mais ce n’est pas vraiment de la peinture numérique.

FC : Etes vous en contact avec des artistes d’autres expressions, échangez vous régulièrement et par quel biais ?
Iss’n’kor : Je fais partie d’une assocation, l’Associationenoz, et des fois on édite un numéro de notre Fanzine OZ. On échange via nos blogs respectifs, notre forum, par téléphone ou sur MSN, et même parfois en vrai (oui on n’est pas des geeks complets)

FC : Participez vous à des forums (web ou physiques), conventions ou salons pour échanger sur la création numérique ?
Iss’n’kor : J’ai osé poster sur CaféSalé 2 ou 3 fois.

FC : Pensez vous qu’un peintre numérique doit être un porte-parole de cette discipline artistique ?
Iss’n’kor : Bof, chacun fait ce qu’il veut, mais finalement je réponds à ce questionnaire, donc je dois me sentir un peu concerné quelque part…

FC : Quels sont les autres moyens d’expression que vous utilisez régulièrement ? (autres disciplines artistiques, édition, web, forum …)
Iss’n’kor : Je suis infographiste, donc je suis toujours en train de jongler entre Photoshop, Illustrator, In Design, Flash ou Golive voire même 3DSMAX depuis peu.

FC : Participez vous ou souhaitez vous participer à une exposition collective qui mélange les techniques d’expression, si non pourquoi ?
Iss’n’kor :Pourquoi pas ?

FC : Pensez vous que le numérique et ses moyens de diffusion rende l’art plus accessible ?
Iss’n’kor : J’ai pas l’impression.

FC : Que diriez vous à un public non amateur pour promouvoir cette discipline artistique ?
Iss’n’kor : La peinture numérique, c’est bon mangez en.

FC : Pensez vous que la région dans laquelle vous exercez votre art, mette suffisamment en avant cette discipline ?
Iss’n’kor : Je ne sais pas, je ne me suis pas penché sur le problème…

FC : Pensez vous utile de fédérer les peintres numériques, voire les différentes disciplines artistiques numériques ?
Iss’n’kor : Pourquoi pas, ça ne peut qu’être une bonne chose.

FC : Au delà de votre talent artistique, quel est votre rapport à l’informatique ?
Iss’n’kor : Je passe beaucoup trop de temps devant cet écran.

FC : Quelle est la fourchette de prix dans laquelle vous inscrivez vos œuvres ?
Iss’n’kor : Il faudrait déjà que j’en vende… Je ne sais pas, soyons fou : entre 50 et 100 € suivant le temps que j’y passe ?

FC : Participez vous à des évènements liés à la promotion de la peinture numérique, si non souhaiteriez vous le faire ?
Iss’n’kor : non mais pourquoi pas.

FC : Avec quel logiciel travaillez vous en priorité et quels sont les périphériques que vous utilisez pour produire vos œuvres ?
Iss’n’kor : Photoshop, parfois Painter, et avec une tablette graphique.

FC : Depuis combien de temps exercez vous dans l’art numérique et comment définiriez vous votre niveau de notoriété ?
Iss’n’kor : Depuis à peu près 5 ans. Notoriété ? Heu… J’en suis à une moyenne de 75 visiteurs par jour sur mon blog.

FC : Etes vous côté, si oui dans quel annuaire ?
Iss’n’kor : Ma Twingo est côtée 5600 € à l’Argus.

FC : Exposez vous régulièrement en galerie, y compris la votre si vous disposez d’un atelier-galerie ?
Iss’n’kor : Non. Il m’est arrivé d’avoir des planches de BD exposées dans des petits festivals mais ce n’est pas le sujet je crois.

FC : Avez vous déjà participé à des ventes publiques ?
Iss’n’kor :Non.

FC : Vous occupez vous de votre promotion, si oui avec quels outils, si non par quelle agence êtes vous représenté ?
Iss’n’kor : C’est bien là le drame : je ne m’occupe pas de ma promotion.

FC : Vous formez vous à d’autres logiciels pour optimiser votre production artistique, si non pourquoi ?
Iss’n’kor : J’ai suivi récemment une formation en 3D.

FC : Classez vous la peinture numérique dans l’art contemporain, pourquoi ?
Iss’n’kor : Le procédé est contemporain mais les résultats obtenus ne le sont pas forcément dans le sens où on l’entend. Comment ça c’est pas clair ?

FC : Accepteriez vous d’exposer dans la galerie 3D de l’association Coug’Art ?
Iss’n’kor : Si c’est pour des travaux en 3D, je n’en ai pas à vous montrer pour le moment.

FC : Accepteriez vous de participez à un projet d’édition collectif de l’association Coug’Art ?
Iss’n’kor : Pourquoi pas.

FC : Pensez vous que le numérique a contribué à faire évoluer votre créativité ?
Iss’n’kor : Oui dans la mesure où j’ai tenté des choses que je n’aurais pas faites en tradi.

FC : Considérez vous que le web peut devenir un support d’expression pour un artiste numérique ?
Iss’n’kor : Certes. D’autant plus qu’une peinture numérique est bien souvent plus sympa à regarder sur un écran.

FC : Considérez vous que le web peut permettre un meilleur accès à la culture, si oui pourquoi ?
Iss’n’kor : Oui en théorie : ‘y a qu’à cliquer. Encore faut-il cliquer aux bons endroits.

FC : Considérez vous que l’évolution future des technologies numériques permettent une véritable révolution en matière de création artistique ?
Iss’n’kor : La révolution est déjà en marche ! Tadaaaam !!!

FC : Considérez vous que le peintre numérique est, par nature, un artiste multimédia ?
Iss’n’kor : A mon avis il est artiste tout court.

FC : Quelles autres formes d’expression numérique expérimentez vous ou souhaiteriez vous expérimenter ?
Iss’n’kor : A quand l’outil femme-pinceau d’Yves Klein sur Photoshop ?

FC : La production de peinture numérique est elle au centre de votre activité professionnelle ou en est elle périphérique ?
Iss’n’kor : Elle est plutôt périphérique mais a de plus en plus tendance à interférer dans mon activité professionnelle, ce qui me ravit.

FC : La peinture numérique, la création artistique est elle un besoin pour vous, si oui pourquoi ?
Iss’n’kor : Oui. Les jours où je ne dessine pas, ça me fout limite les boules. Bon j’exagère mais c’est presque ça.

FC : Considérez vous bien gérer la diffusion de votre peinture numérique, si non pourquoi ?
Iss’n’kor : Je ne la gère pas. C’est surtout un loisir, envahissant, mais un loisir quand même.

FC : La peinture numérique, en terme de production, est elle, pour votre expérience, une activité rentable, même en tant qu’activité d’appoint ?
Iss’n’kor : Je ne cherche pas à tirer profit de mes travaux.