Évolution d’un administrateur d’association sur le web

Avec l’engouement du web dans les années 90, autant dire à la préhistoire (ou web 1.0, parait il), je mettais mis comme beaucoup d’autres, à la force du clavier et avec Front Page, à fabriquer ma home-page personnelle. Celle ci avait pour but de promouvoir ma production artistique personnelle, à l’époque réalisée au pastel et diffuser quelques considérations d’ordre purement régionalistes sur l’art. Ma première adresse mail fut crée sur hotmail.

La fondation de l’association m’a amené à remettre les doigts dans le HTML, pour refondre cette première ébauche et la transformer en site associatif. Il ne faut pas oublier qu’à l’époque, peu de gens étaient connectés, donc pour le marketing viral et le buzz, il fallait vraiment y croire. La site, à l’époque hébergé par Nordnet (mon FAI d’alors), fut maintes fois rebaptisés, pour finalement adopter, sans le savoir, un design proche d’un blog basé sur une « template 2 sidebars latérales » qui me semblait le plus ergonomique. Les fichiers étaient créés avec des <table>, mis à jour laborieusement et transférés en FTP.

Vers 2000, je découvre le site Uzine 3, qui est, malheureusement, en jachère depuis de nombreuses années et qui a connu son heure de gloire avec la diffusion des chroniques de Michael Moore sur les élections américaines, notamment, un petit peu avec les chroniques de Babelouébe, que je signais du pseudo de Max Pétrois (encore lisibles également chez l’hébergeur chez-Alice) mais surtout, parce qu’une partie de l’équipe du site à développé le fameux moteur CMS nommé SPIP. Il reste que le Portail des Copains, lui, est toujours actif et regroupe toujours plus de sources d’informations alternatives.

Avec SPIP, je démarre, en parallèle, quelques projets spécifiques : le journal associatif Hippocampe et un site de soutien pour l’avant-projet de création de Centre d’Art Numérique (hors ligne, sauf erreur de ma part lorsque j’écris), respectivement hébergé par Free et Ifrance. Je change de débit pour passer à l’ADSL (neuf télécom) et le web 2.0 me rattrape avec l’essor des blogs, après une période de flottement : ralentissement de gestion du contenu du site et mise en « sommeil » temporaire de Coug’Art.

Je relance l’association et créé le Blog de Coug’art sur la plateforme de blogging Canalblog. Je n’ai juste le temps que de peaufiner une ultime fois l’ancien site de l’association avant le basculement entre opérateurs, pour de nouveau le retransformer en page personnelle, qui est étonnamment toujours accessible, comme quoi le web a de la mémoire. Après deux ans d’activités sur canalblog, je passe le pas du moteur de blog et crée celui que vous être en train de lire, qui, somme toute, est la continuité du premier.

Faisons abstraction de la « mauvaise réputation » du blog auprès du grand public et de certains professionnel qui y voient toujours un outil peu sérieux en comparaison d’un site. Cette réputation, me semble t’il, reste entretenue par l’image de « journal personnel » du type Skyblog. Les moteurs de blog qui sont devenus thématiques et professionnels depuis quelques années offre maintenant des contenus de qualité et ont de nombreux avantages en terme de communication et de gestion :

– Les templates graphiques peuvent se mettre en place rapidement, grâce au feuilles de style, notamment et être retouchées à votre convenance avec la même facilité pour répondre à une volonté de personnalisation et être mieux en adéquation avec le contenu. Opération souvent longue et fastidieuse dans la construction d’un site.

– La gestion du contenu est grandement facilité par « l’interface administrateur » qui permet de mettre à jour le contenu en temps réel, puisque le travail s’effectue en ligne. Le site devient, de fait, dynamique et réactif.

– Il est aisé également d’en améliorer les fonctionnalités grâce au widgets (outils web 2.0, par excellence) ou d’adjoindre d’autre type de contenu (annuaire, mainlinglist, galerie, wiki…) à un blog, souvent idéalement géré par le biais d’une base données. Ce qui permet de raccourcir rapidement son développement et son optimisation pour répondre au besoin d’utilisation du blog.

– Les pages dynamiques d’un blog sont mieux référencées dans les moteurs de recherche puisque chaque billet correspond à une page unique du blog.

– La plupart des outils de construction/gestion sont libres et gratuits et nul n’est besoin de s’y connaître en PHP (bien que cela puisse aider). Les seuls coûts, souvent dérisoires, peuvent être liés à l’hébergement, à la création d’un nom de domaine, à l’optimisation, au référencement, à l’implantation des fichiers (FTP) et au design graphique.

Donc le travail essentiel, une fois le blog mis en place, est d’en gérer le contenu même à titre professionnel. Il n’est pas rare à l’heure actuelle que les sites d’entreprise ou d’e-commerce possèdent un blog en complément de leur activité principale. Ce qui rend l’entreprise plus proche de ses visiteurs/clients/consommateurs et améliore leur image de marque, le cas échéant.

Et vous, quelle a été votre évolution sur la toile ?